Click here for search results

Newsletter

Analyse mise à jour de la Banque mondiale : Crise, financements et croissance

Available in: Español, العربية, 中文
  • On observe une reprise de la croissance du PIB à l’échelle mondiale, mais il faudra du temps pour que l’économie se rétablisse entièrement
  • La vigueur de la reprise dépendra de la demande du secteur privé et du rythme auquel seront abandonnés les plans de relance budgétaire et monétaire
  • Selon les estimations, quelque 64 millions de personnes supplémentaires pourraient vivre dans une extrême pauvreté en 2010 en raison de la crise
  • Les pays en développement doivent s’attendre à la diminution et au renchérissement des capitaux

Le 21 janvier 2010—Nit Ponpaengpa, veuve et grand-mère d’un petit garçon, est masseuse-thérapeute à Bangkok. Dans le spa où elle travaille, son salaire a diminué d’un tiers l’an dernier. Après une recherche difficile, elle a trouvé un nouvel emploi et sa situation s’est améliorée. Elle travaille trois fois par semaine pour l’une de ses anciennes clientes, ce qui lui permet d’avoir une rémunération correcte, d’envoyer son petit-fils à l’école et d’avoir la flexibilité nécessaire pour prendre d’autres clients.

« C’était vraiment dur de vivre avec 200 bahts (environ 6 dollars) par jour, alors que je devais acheter des aliments et du lait pour un enfant et que je devais continuer à payer le loyer et faire face à d’autres dépenses », explique cette grand-mère âgée de 50 ans, en se rappelant les difficultés liées à cette baisse de salaire avant qu’elle trouve un nouvel emploi. « Il ne me restait jamais un sou. Maintenant, je peux me détendre un peu et économiser une petite somme chaque mois. »

Malheureusement, il ne s’agit pas d’une situation durable. Sa nouvelle employeuse dit qu’elle ne pourra bientôt plus faire autant appel aux services de Nit et devra réduire son salaire. Quand cela arrivera, les revenus de Nit vont considérablement baisser. À 50 ans, elle n’est plus compétitive sur le marché de l’emploi, et cependant, elle devra attendre dix bonnes années pour bénéficier d’une retraite. L’avenir s’annonce incertain pour elle et son petit-fils.

La pauvreté augmente, les fonds diminuent

Il existe des dizaines de millions d’histoires comme celle de Nit à travers le monde (et certaines encore bien pires) qui toutes témoignent de la gravité et de l’ampleur historiques de cette crise. Pratiquement tous les pays ont été touchés par l’éclatement de la bulle financière internationale et les plus pauvres demeurent les plus vulnérables.

Le nouveau rapport de la Banque mondiale, « Perspectives pour l’économie mondiale 2010 : crise, financements et croissance », indique que la crise a entraîné une augmentation préoccupante de l’extrême pauvreté : d’ici la fin 2010, en effet, celle-ci devrait concerner 64 millions de personnes de plus que si la crise n’avait pas eu lieu.

« L’augmentation de la pauvreté a de fortes implications pour les gouvernements des pays pauvres, qui sont confrontés à une baisse de revenus au moment où ils sont justement le plus sollicités », déclare Andrew Burns, le principal auteur du rapport. « Juste au moment où un effort accru est nécessaire pour protéger les plus vulnérables, certains gouvernements pourraient être contraints de revoir à la baisse les programmes existants. »

Selon Justin Lin, l’Économiste en chef et Premier vice-président de la Banque chargé de l’économie du développement, les pays les plus pauvres (ceux qui sont tributaires de dons ou de prêts subventionnés) pourraient avoir besoin de financements supplémentaires situés entre 35 et 50 milliards de dollars rien que pour maintenir leurs programmes d’avant la crise.

Le tragique coût humain de la crise financière se fait déjà cruellement sentir. Les chercheurs Jed Friedman et Norbert Schady estiment, par exemple, qu’en 2009, à cause de la crise, entre 30 000 et 50 000 enfants supplémentaires sont morts du fait de la malnutrition en Afrique.

La reprise est amorcée, mais le chemin sera long

L’économie mondiale sort aujourd’hui de la crise et les taux de croissance du PIB commencent à remonter. Le rapport signale toutefois que la croissance pourrait ralentir au cours des prochains mois de l’année, du fait que la croissance ne sera plus stimulée par les plans de relance, et qu’il faudra des années pour que l’emploi retrouve son niveau d’avant la crise et que la capacité industrielle disponible soit réintégrée.

Le PIB mondial, qui a diminué de 2,2 % en 2009, devrait augmenter de 2,7 % en 2010 et de 3,2 % en 2011 . Le volume du commerce mondial, qui a connu une baisse de 14,4 % en 2009, devrait augmenter de 4,3 et 6,2 % cette année et en 2011, selon le rapport.

« La vigueur de la reprise dépendra de la progression de la demande des consommateurs et du secteur commercial, ainsi que du rythme auquel les gouvernements abandonneront les plans de relance budgétaire et monétaire », explique M. Burns. « Si ce rythme est trop rapide, cela pourrait compromettre la reprise; mais trop attendre pourrait recréer certaines des bulles qui ont précipité la crise. »

Les pays en développement devraient connaître une reprise relativement vigoureuse, avec une augmentation de 5,2 % de la croissance du PIB en 2010 et de 5,8 % en 2011, contre 1,2 % en 2009. Les pays riches, dont le PIB a baissé de 3,3 % en 2009, devraient voir leur taux de croissance progresser plus modestement, avec une augmentation prévue de 1,8 et 2,3 % en 2010 et 2011.

Les effets de la crise dans le monde en développement ont été divers. La récession a été importante en Europe et en Asie centrale, tandis que, par comparaison, la croissance continue d’être relativement forte dans la région Asie de l’Est et Pacifique. L’Asie du Sud, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ont échappé aux pires effets de la crise, tandis que l’Afrique subsaharienne a été durement touchée et que les perspectives de reprise dans la région s’annoncent incertaines.

Dans la région Amérique latine et Caraïbes, où des fondamentaux plus solides ont permis de résister beaucoup mieux à cette crise qu’aux précédentes, le tremblement de terre dévastateur survenu en Haïti aura un coût économique énorme pour ce pays, bien qu’il soit trop tôt pour avancer des chiffres.

Perspectives régionales complètes

Le boom, la crise et au-delà : les implications pour les pays en développement

Le rapport estime que des conditions financières internationales très détendues de 2003 à 2007 ont contribué à l’essor qu’a connu, juste avant la crise, le monde en développement, en termes de financement et de croissance. Bénéficiant de capitaux peu chers, les pays en développement ont pu préserver une croissance élevée sans générer une inflation significative.

Ces conditions ne pouvaient cependant se maintenir sur le long terme, explique le rapport, et il n’est ni souhaitable ni envisageable de les recréer après la crise. Le coût des capitaux internationaux sera par conséquent plus élevé et les taux d’investissement plus bas au cours des prochaines années que durant la période d’expansion qui a précédé la crise.

Les flux de l’investissement étranger direct (IED) devraient quitter les sommets atteints ces dernières années (3,9 % du PIB des pays en développement en 2007) pour se situer entre 2,8 et 3 % sur le moyen terme. Cette tendance sera lourde de conséquences, étant donné que l’IED représente 20 % du total des investissements en Afrique subsaharienne, en Europe et Asie centrale, et en Amérique latine.

« S’il est inévitable que les capitaux soient moins nombreux et plus chers dans un avenir proche, les pays en développement auraient fort intérêt sur le long terme à réduire le coût des prêts intérieurs et à promouvoir les marchés locaux de capitaux en développant les centres financiers régionaux et en améliorant la compétitivité et la règlementation du secteur bancaire local », explique Hans Timmer, Directeur du Groupe des perspectives de développement de la Banque mondiale.

Même si ces réformes ne portent pas leurs fruits de façon immédiate, elles pourraient permettre aux pays en développement d’augmenter leur taux de croissance à l’avenir, conclut M. Timmer.




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/ARIAZVUWK0